Chute des cheveux – maladie ou médicaments | Priorin® N
Switch Language

Chute des cheveux due à une maladie ou des médicaments

Les problèmes capillaires peuvent être dus à des maladies ou des traitements.
 

Une chute des cheveux peut faire très peur. Et c’est tant mieux. Dans de nombreux cas, les troubles de la croissance capillaire sont en effet le signe que tout ne se passe pas comme il le faudrait dans l’organisme. La cause est souvent bénigne. Mais les problèmes capillaires sont aussi parfois le symptôme de maladies sérieuses ou un effet secondaire de médicaments.

Maladies susceptibles de provoquer une chute des cheveux 

Les maladies qui peuvent provoquer une chute des cheveux sont entre autres les suivantes:

  • Maladies thyroïdiennes: la thyroïde contrôle, par l’intermédiaire d’hormones, diverses fonctions corporelles, dont la croissance des cheveux et des ongles. Un fonctionnement excessif ou insuffisant de la thyroïde se traduit donc aussi par des troubles de la croissance capillaire.
  • Maladies de la peau et allergies: des infections du cuir chevelu, des allergies et des maladies de la peau (psoriasis et névrodermite, p. ex.) peuvent affecter les racines capillaires en provoquant une réaction inflammatoire.
  • Diabète: le diabète perturbe le métabolisme, ce qui empêche les racines capillaires de bénéficier d’apports optimaux. De plus, il peut favoriser des infections et des maladies de la peau qui attaquent à leur tour la racine des cheveux.
  • Carence en fer: une carence en fer (carence en ferritine) peut aussi être envisagée comme une cause de chute des cheveux. Elle peut notamment être due à une importante perte de sang, par exemple lors de saignements menstruels abondants ou en présence d’un ulcère gastro-intestinal hémorragique. Elle peut aussi être liée à l’augmentation des besoins en fer pendant la grossesse.
  • Troubles de la fonction ovarienne: une malformation, un kyste ou une tumeur peut limiter le fonctionnement des ovaires, ce qui peut se traduire par un déficit en œstrogènes. Une chute des cheveux diffuse est alors un symptôme typique.
  • Maladies rénales: les reins régulent notamment l’équilibre hydrique et sodique et aident à éliminer les déchets et les substances toxiques. Une chute des cheveux peut être le signe que l’équilibre de ces systèmes (et d’autres) est rompu en raison d’une insuffisance rénale.
  • Maladies intestinales: des maladies intestinales peuvent limiter l’absorption des nutriments présents dans la nourriture. L’organisme – et donc aussi la racine des cheveux – n’obtient alors pas les éléments dont il a besoin. De plus, une tumeur intestinale peut favoriser une carence en fer en provoquant des saignements, ce qui en fait une autre cause potentielle de chute des cheveux. 
  • Troubles alimentaires: alors qu’une alimentation équilibrée apporte à l’organisme tous les vitamines et minéraux dont il a besoin, un trouble alimentaire peut provoquer de considérables carences. La chute des cheveux est alors un signal d’alarme possible. 
  • Troubles de la croissance capillaire: une chute des cheveux peut aussi être un trouble indépendant. C’est par exemple le cas lors d’une chute de cheveux héréditaire d’origine hormonale ou d’une chute des cheveux circulaire.

Le stress lié à une maladie peut aggraver la chute des cheveux

Bien que le stress ne soit pas à proprement parler une maladie, cet état de tension peut nuire à la santé et favoriser la chute des cheveux lorsqu’il se prolonge. Toute maladie grave génère un stress physique et psychique. Le poids qu’elle fait ainsi peser sur le corps et l’esprit peut aussi être un facteur de problèmes capillaires. 

Il en va de même pour les opérations sous anesthésie générale: il n’est pas rare que la personne touchée perde davantage ses cheveux environ trois mois après l’événement.

Effet secondaire: la chute des cheveux peut-elle être due à un médicament?

Une chute des cheveux peut non seulement être due à une maladie, mais aussi à son traitement: c’est un effet secondaire de certains médicaments.

Citons non seulement la chimiothérapie (cytostatique) destinée au traitement du cancer, mais aussi certains médicaments contre l’excès de cholestérol, anticoagulants, médicaments contre l’acné ou bêtabloquants utilisés pour traiter l’hypertension. Quelques contraceptifs hormonaux (pilule contenant un progestatif androgénique, p. ex.; voir encadré) peuvent également avoir pour effet secondaire d’entraîner des troubles capillaires.

Que faire en cas de chute des cheveux due à une maladie ou des médicaments?

  • En cas de maladie: si les problèmes capillaires cachent une maladie, il faut absolument qu’elle soit diagnostiquée le plus vite possible, pas seulement pour le bien de vos cheveux. Généralement, les cheveux repoussent dès que la cause a été identifiée et traitée avec succès.
  • Chute des chutes liée à un trouble de la croissance capillaire: un diagnostic précoce est aussi important dans ce cas. Il s’agit de prévenir une perte définitive des cheveux que des troubles comme une chute des cheveux héréditaire d’origine hormonale ou une chute des cheveux circulaire pourraient entraîner. 
  • Effet secondaire de médicaments: toute chute des cheveux due à un médicament devrait entraîner la consultation d’un médecin. Ce dernier pourra éventuellement prescrire une autre préparation, surtout en cas de traitement au long cours.
  • Les problèmes capillaires survenant lors d’événements ou de traitements temporaires ne durent pas. Les cheveux repoussent à l’issue de la chimiothérapie ou après l’opération en cause.

Prendre la chute des cheveux au sérieux et demander conseil à un expert

Dans tous les cas, il est conseillé de ne pas prendre une chute des cheveux à la légère. Il convient de se rendre rapidement en pharmacie ou en droguerie pour obtenir des conseils spécialisés. Grâce à leur expérience, les professionnels de ces établissements sauront recommander un premier traitement – par un reconstituant capillaire comme Priorin N, p. ex. – aux personnes concernées et évaluer si celles-ci devraient consulter un médecin.

Chute des cheveux et pilule: comme pendant une grossesse ou presque

Lorsqu’une femme commence à prendre la pilule, arrête cette contraception ou change de préparation, les répercussions sur ses cheveux sont semblables à ceux qui surviennent lors d’une grossesse: la plupart des contraceptifs hormonaux contiennent des œstrogènes et influent ainsi sur le taux de cette hormone. 

Lorsqu’à l’arrêt de la pilule, l’organisme ne reçoit plus la dose supplémentaire d’œstrogènes que le contraceptif lui apportait, les cheveux peuvent tomber temporairement. Certains progestatifs contenus dans les pilules contraceptives peuvent aussi provoquer une chute des cheveux. Priorin® N (médicament) est utile en cas de perte de cheveux d’origines diverses.