Switch Language

Diagnostic de la chute des cheveux

Des procédés médicaux pour y voir plus clair: investigations menées en cas de chute des cheveux
 

Une perte excessive de cheveux est toujours effrayante. Lorsqu’on est confronté à ce problème, il convient d’en déterminer suffisamment tôt et avec fiabilité les causes afin d’instaurer un traitement ciblé. Vos premiers interlocuteurs en présence d’une chute des cheveux peuvent être les professionnels de votre pharmacie ou droguerie.

Grâce à leur expérience, ils seront généralement en mesure de vous proposer un traitement. Priorin® N, p. ex., agit en cas de chute des cheveux de diverses origines – et améliore l’état de la chevelure en seulement quelques semaines dans la plupart des cas.

Lorsqu’un traitement en automédication par des préparations médicales comme Priorin® N n’est d’aucune aide, un médecin peut évaluer s’il s’agit d’une chute des cheveux héréditaire d’origine hormonale ou si les cheveux tombent éventuellement pour d’autres causes. Les dermatologues spécialisés dans le traitement des maladies du cuir chevelu et de la chute des cheveux sont des interlocuteurs de choix pour bénéficier d’un examen médical.

 

Bien préparer la consultation capillaire 
 

Une bonne préparation facilite le diagnostic: Pour obtenir des conseils en pharmacie ou si elles ont besoin de consulter un médecin, il est préférable que les personnes touchées viennent avec les résultats de leur auto-test.

Trois méthodes de diagnostic médical permettent de déterminer précisément ce qui provoque la chute des cheveux afin de décider de la suite du traitement.

 

Analyse sanguine
 

Les résultats d’une analyse de sang peuvent indiquer la présence éventuelle de maladies susceptibles d’être à l’origine de la chute des cheveux. L’analyse de sang peut par exemple révéler:

  • des variations hormonales (taux élevé d’androgènes ou taux faible d’œstrogènes, p. ex.); 
  • un taux de fer bas, des apports suffisants en fer étant essentiels à une croissance capillaire saine.

 

Trichogramme
 

Le trichogramme fournit des informations sur l’état des racines capillaires. Lors de cet examen, le médecin arrache quelques cheveux (au moins 60) dans une zone où la chevelure s’éclaircit, puis les examine au microscope afin de déterminer la phase du cycle capillaire dans laquelle ils se trouvent. 

Un pourcentage de cheveux en phase de croissance (phase anagène) inférieur à la normale (c’est-à-dire inférieur à 85-90%) peut être le signe d’une perte pathologique de cheveux. Un taux faible de cheveux en phase anagène est notamment le symptôme typique d’une chute des cheveux héréditaire d’origine hormonale (alopécie androgénétique). 

Le résultat du trichogramme n’est significatif que lorsque les cheveux n’ont pas été lavés depuis quelques jours. Un coiffage excessif, qui sollicite fortement les cheveux, peut également fausser les résultats du trichogramme.

 

TrichoScan
 

TrichoScan est un procédé informatique permettant d’évaluer des paramètres capillaires essentiels comme 

  • la proportion des cheveux en phase de croissance par rapport à celle des cheveux en phase de repos (rapport anagène/télogène); 
  • le nombre de cheveux. 


Ce procédé diagnostique implique de raser le cuir chevelu sur environ 2 cm². La zone est ensuite photographiée – et généralement marquée afin qu’on puisse clairement la reconnaître lors du nouvel examen. Au bout de trois jours, le médecin photographie une nouvelle fois la zone, puis utilise le logiciel TrichoScan pour calculer le taux de cheveux en phase de croissance.